Nouveau Vegan

jeudi 9 octobre 2014

Moi, ma santé, mon alimentation et mes goûts

Bon matin à tous! Enfin, ça dépend toujours de l'heure à laquelle vous lisez mon blogue!

Je vous avais demandé si vous aviez des sujets sur lesquels vous vouliez que j'écrire et plusieurs désiraient que je parle des effets du végétalisme sur ma santé et mes goûts alimentaires. J'ai décide de ne pas vous faire languir et de faire rapidement cette fameuse chronique!

Je suis végane depuis un peu plus de 2 ans et demi environ. Je crois que c'est un temps assez long pour que l'on puisse voir des effets positifs ou négatifs sur ma santé.

On va commencer par parler de mon poids. Je sais que plusieurs personnes maigrissent en devenant végétalienne, mais ce n'est pas mon cas. Et c'est temps mieux ainsi! Je suis assez mince (environ 137lbl (62kg) pour 5p10 (178cm)) et mon poids n'a pas du tout changé avec mon changement d'alimentation. Oui, la génétique m'est favorable, parce que je suis loin d'avoir une alimentation vraiment santé et de vraiment faire attention à ce que je mange. Je suis vraiment du genre à prendre à peine de poids si je mange énormément, mais en perdre beaucoup si je mange moins. J'ai commencé à calculer ce que je mangeais et j'essaye de prendre quelques livres de muscles en conjuguant légère suralimentation et entraînement.

Comme je l'ai dit, je ne mange pas nécessairement santé. Mon changement d'alimentation est 100% dû à des questions d'éthiques. L'important pour moi est de savoir que je peux bien vivre sans produit d'origine animale et tous les arguments de santé précis ont tendance à me passer très haut au dessus de la tête. J'essaye quand même de rester renseigné, parce que les arguments santés peuvent marquer des points lors d'un débat sur le véganisme.

Et ma santé en générale alors? Et bien je ne vois pas de gros changements sauf une seule chose: je n'ai plus mal au ventre. Avant, j'avais très souvent de très gros maux de ventres. J'ai passé tous les tests possibles (même une endoscopie, ce que je ne souhaite à personne!) et on n'avait jamais trouvé ce que j'avais. J'avais parfois VRAIMENT mal et c'était très dérangeant. Et pouf, depuis mon passage au végétalisme, plus rien! Je crois bien que mes maux étaient dû à une intolérance aux produits laitiers, puisque mes symptômes y ressemblaient beaucoup et que l'on n'avait jamais pensé à me faire passer un test pour vérifier. Je n'ai pas de certitude puisque je ne veux plus passer cet examen, mais je suis bien content du changement!

Je crois quand même que je mange plus santé. Je consomme beaucoup plus de légumes et je cuisine bien plus. Je mange des aliments plus sains et sans souffrance!

Et au sujet des changements de goût? Et bien, il est pas évident que de cesser de consommer des produits d'origines animales ne changera pas instantanément vos goûts. Sauf que ça vous ouvrira un tout nouveau monde de saveurs et de textures. Je ne cuisinais pratiquement pas avant et désormais, je cuisine souvent et j'adore ça! J'ai découvert tellement de nouveaux aliments inconnus pour la plupart des omnivores. Devenir végane, c'est devoir sortir du moule culinaire général et explorer un nouveau monde.

Chez moi la découverte de nouveaux plats m'a poussé à toujours vouloir en découvrir de nouveaux! Toujours essayer de nouvelles recettes, de nouvelles saveurs et de nouvelles textures. Il a tellement de possibilités dans la cuisine végétalienne. Presque tous les véganes que je connais ont une alimentation plus variée que l'omnivore moyen.

J'ai aussi appris à vouloir tout essayer. Je n'ai pas peur de manger quelque chose qui semble peu ragoutant ou qui sent plutôt mauvais. Le tofu fermenté en est un parfait exemple. Il ne faut pas se fier à sa première impression et il faut se lancer. Ce n'est pas grave si on n'aime pas au final, l'important pour moi, c'est d'essayer et d'être ouvert aux découvertes.

J'ai aussi appris à redécouvrir certains aliments que je n'aimais pas autrefois. J'ai appris à aimer les tomates crues! Par contre, je déteste toujours le ketchup, le beurre d'arachide, les cerises et bien d'autres choses. Comme on dit: tous les goûts sont dans la nature.

Alors, je crois que ça conclut ma chronique assez désordonnée merci.

N'hésitez pas à me pauser toutes les questions que vous voulez!

9 commentaires:

  1. Bon témoignage monsieur Simon! On vous connait un peu plus.

    C'est vrai que les véganes que je connais ont une alimentation variée. Rares sont les gens que je côtoie qui s'y connaissent autant en cuisine, en légumineuses, en grains, en yaourts végétaux, en produits émergents.... Ça fait des conversations intéressantes :)

    Je suis cependant contre un point que tu as amené: il est impossible de ne pas aimer le beurre de pinottes ;)

    RépondreSupprimer
  2. Wow mon cher Simon je croirais me lire !
    Moi aussi, végane depuis un peu plus de 2 ans.
    Moi aussi de très gros maux de ventre. À n'en plus pouvoir respirer. Pourtant j'avais déjà coupé les produits laitiers, donc il ne s'agissait pas d'intolérance au lactose. La dernière fois que j'ai mangé de la viande c'était une salade au poulet. Je m'en souviendrai toujours, je prenais la route par la suite et j'ai pensé mourir dans mon auto. Je pense que mon corps savait ce qu'il fallait faire, car en plus j'en étais rendue à avoir des hauts le coeur quand je passais dans le rayon des viandes à l'épicerie. L'odeur et la vue de la viande m'étaient insupportables. Donc c'est ce jour-là, dans ma voiture, que j'ai décidé que tout ce qui venait des animaux c'était fini. C'est comme ça que je suis devenue végane, sur la 20 entre Québec et Montréal. Les maux de ventre ont immédiatement cessé. Comme par magie, je n'ai plus jamais eu ces douleurs attroces.

    De plus, côté santé, une autre chose assez étonnante, je faisais de l'hypoglycémie depuis une vingtaine d'années. Sévère. Je devais prendre un jus d'orange ou quelque chose du genre aux 3,4 heures sinon je tombais rapidement en hypoglycémie. Ma vie tournait autour de toute une organisation en fonction d'avoir sous la main ce qu'il fallait au moment où il fallait. Je ne pouvais plus manger de riz, pâtes, pommes de terre, quelques bouchées seulement faisaient monter mon taux de glycémie et je tombais pratiquement endormie sur place. Étonnament, après presqu'un an sans produit d'animaux, j'ai réalisé que je ne faisais plus du tout de crise d'hypo ! J'ai lu par hasard il y a quelque temps que les végétaliens souffraient moins d'hypoglycémie que les carnivores. Ceci parce qu'on mange mieux, mais aussi parce qu'on mange plus des bons sucres régulièrement.

    Pour ce qui est du beurre d'arachide, je te seconde à 100% ! J'ai toujours détesté ça ! La couleur, l'odeur, la texture, le goût. Un gros Yeurk ! C'est pareil pour le chocolat mais je crois qu'on est encore moins nombreux à ne pas aimer le chocolat ! ;-)

    Merci pour ton témoignage. Très inspirant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage :) J'adore bien connaître mes lectrices!

      Je dois dire que je relis mes maux de ventres au produits laitiers surtout parce qu'environ un mois après être devenu végane, mon copain qui travaillait dans une crèmerie est revenu avec de la crème glacé qui allait finir autrement à la poubelle. Je me suis dit qu'il n'y avait aucun mal à en manger (depuis, je suis vraiment plus strict dans ma vision éthique et je refuserais!). J'ai tellement été malade et mes maux de ventres sont revenus. Pourtant, j'en mangeais beaucoup auparavant.

      Oh c'est tellement une bonne nouvelle pour ton hypoglycémie! Ça doit tellement être plus simple ainsi!

      Je me suis souviens qu'avant de devenir végane, mon chum m'avait fait goûté une reese et j'avais presque vomis lol Par contre, moi j'adore le chocolat :P

      Supprimer
  3. Merci pour ce texte très intéressant. Tu as un an d'avance sur moi côté véganisme. Dans mon cas, mes migraines et mon acné ont diminué et j'ai perdu le léger surpoids que j'avais, depuis mon poids est stable. Comme toi, je ne mange pas toujours santé, quoique de plus en plus peut-être, et je suis végane par éthique.

    Ce qui m'a surpris avec le véganisme, c'est que ce que je croyais difficile a été plus facile que je ne le croyais: changer d'habitudes alimentaires et de consommation. Mais à l'inverse, je ne m'attendais pas à devoir changer de mentalité en plus, à avoir du mal à supporter la mentalité omni, à ne plus voir les choses de la même façon qu'avant, à m'éloigner de plus en plus de la vision du monde de ceux qui m'entourent, à devenir plus conscientisée sur d'autres facteurs comme l'environnement par exemple, à être encore plus différente de la norme que je ne l'étais déjà, à subir les commentaires mal informés, à sortir ma tête de son confortable trou dans le sable... Le changement est peut-être particulièrement brusque dans mon cas puisque je ne suis jamais passée par l'étape végétarienne. Je déteste changer, et je suis une timide qui déprime facilement et ne supporte pas les débats et les disputes. J'ai aussi l'impression de me trouver en sandwich entre le jugement des omnis et de la police végane. Tout ça, je trouve ça dur.

    Hi hi, si tu détestes le beurre d'arachides, ça me donne le droit de détester la gaspacho, ouf. C'est vrai ce que tu dis, j'aime plus de choses que la plupart des gens, mais il y en a toujours quelques-unes pour lesquelles il n'y a rien à faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus, je n'ai jamais été juste végé!

      C'est vrai que le plus difficile dans le véganisme, c'est les autres. Moi, je suis discret, mais les gens savent que j'ai la tête dure, alors on ne me dérange pas trop!

      C'est bon de la gaspacho :p

      Supprimer
  4. Condamné à une lègère suralimentation, je te plains!

    Très intéressant ton article!

    RépondreSupprimer
  5. Effectivement, en questionnant les enjeux éthiques liés à notre alimentation, on est porté à se questionner sur toutes sortes d'autres trucs et à sortir des sentiers battus en général. On réfléchit davantage à la source de nos aliments et à leurs effets sur nos papilles. J'ai toujours été fascinée par la cuisine, mais j'avoue que le végétalisme a ouvert mes yeux sur un tout autre aspect des aliments (cuisiner avec toutes sortes d'épices, exploiter le crémeux des légumineuses, des noix ou des graines pour reproduire des sensations que je croyais interdites au végétaliens (genre, manger du fromage), etc.). C'est hallucinant!

    Contente de savoir que tu t'es débarrassé de tes maux de ventre!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...